mercredi, 23 mai 2018
ArabicEnglishFrenchHindiItalianSpanishTurkish
A LA UNE: L’INSECURITE CHRONIQUE AU SAHEL
Avec plusieurs incidents armés ces derniers jours. lire plus
CONSEIL DE L'ENTENTE  : LES CINQ PAYS MEMBRES ADOPTENT UN NOUVEAU PLAN STRATEGIQUE
Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres du Conseil de l'Entente ont pu doter l'institution d'un instrument qui devrait permettre sa redynamisation. En conseil vendredi dernier dans la capitale togolaise Lomé, les chefs de la diplomatie du Bénin, du... lire plus
LE NIGER A SAISI PRES DE 30 TONNES DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES PROHIBES
La brigade de répression des produits illicites de la Police nigérienne a annoncé à la presse mardi à Niamey avoir intercepté 29 tonnes de produits pharmaceutiques prohibés au poste de Makalondi, dans l’ouest du pays, à la... lire plus
LA DIFFICILE RECONVERSION D’AGADEZ
Aladji Mama Ousmane, la cinquantaine, construit de ses mains un four traditionnel. lire plus
G5 SAHEL : POUR UNE PROSPERITE PARTAGEE
Bien qu’il désigne un « rivage » compris entre océan Atlantique et mer Rouge, le mot « Sahel » décrit aussi une zone d’Afrique de l’Ouest et du Centre comprise entre désert et savanes. lire plus
prev
next

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 djibodjé

Ainsi se présentait Dialba Badjé : « Je suis la mère, le père de la parole », accompagné de son luth à trois cordes.

En tant que grand griot historien des Zarmas, il était l'un des derniers à connaître toutes les généalogies des grandes familles de cette communauté au Niger, près de 300 lignages, et à pouvoir raconter les grandes épopées d'autrefois chez les Songhaïs et Zarmas, dans l'ouest du pays.

Un apprentissage qu'il avait lui-même commencé à l'âge de 7 ans, auprès de son père. Aucun de ses quelque 30 enfants, passés par l'école moderne, n'a en revanche eu le temps de suivre cet apprentissage oral et traditionnel jusqu'au bout. Dialba Badjé n'a donc pas de successeur.

Ces dernières années, il aura pu toutefois transmettre une grande partie de son savoir à une ethnologue suisse, Sandra Bornand, venue recueillir sa parole depuis 1994, quelque 500 heures d'enregistrements qu'elle s'emploie depuis à transcrire en zarma et en français. Toute une mémoire à partager. Sandra Bornand a ainsi réalisé récemment un conte pour enfant disponible sur le site du CNRS, l'histoire du marabout Alfaga Modibadjo.

(RFI)

Articles récents

23/05/2018, 05:42
a-la-une-l-insecurite-chronique-au-sahel Avec plusieurs incidents armés ces derniers jours. Tout d’abord, au Mali, au moins 12 personnes ont...Lire plus...
23/05/2018, 05:40
conseil-de-l-entente-les-cinq-pays-membres-adoptent-un-nouveau-plan-strategique Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres du Conseil de l'Entente ont pu doter l'institution...Lire plus...
23/05/2018, 05:33
le-niger-a-saisi-pres-de-30-tonnes-de-produits-pharmaceutiques-prohibes La brigade de répression des produits illicites de la Police nigérienne a annoncé à la presse...Lire plus...
23/05/2018, 05:30
la-difficile-reconversion-d-agadez Aladji Mama Ousmane, la cinquantaine, construit de ses mains un four traditionnel. Avant, il réceptionnait les...Lire plus...
22/05/2018, 15:01
g5-sahel-pour-une-prosperite-partagee Bien qu’il désigne un « rivage » compris entre océan Atlantique et mer Rouge, le mot...Lire plus...
COMMENT TROUVEZ-VOUS CE NOUVEAU SITE WEB?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: