mercredi, 18 juillet 2018
ArabicEnglishFrenchHindiItalianSpanishTurkish
IN THE SAHEL, SOLAR POWER CAN HELP WARD OFF EXTREMISM – OFFICIAL
Grinding poverty and climate change are pushing communities in West Africa's Sahel region into the arms of extremist groups like Boko Haram, but providing people with clean energy could help slow that trend, said a top international official. lire plus
DEBATS AUTOUR DE LA COOPERATION TRANSFRONTALIERE EN AFRIQUE DE L’OUEST
40 millions d’Africains de l’Ouest (sur les 300 millions) vivent à 50 kilomètres d’une frontière. lire plus
DEMARRAGE EFFECTIF DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UN TROISIEME PONT A NIAMEY, DON DE LA CHINE
Le ministre nigérien de l'Equipement, Kadi Abdoulaye, et l'ambassadeur de Chine au Niger, Zhang Lijun, ont présidé mardi à Niamey la cérémonie de démarrage effectif des travaux de construction d'un troisième pont sur le fleuve Niger, fruit... lire plus
MIGRATION : PENDANT QUE NIAMEY ET ALGER DISCUTENT, DES MIGRANTS ENCORE EXPULSES D’ALGERIE VERS LE NIGER
Bazoum Mohamed, le ministre nigérien de l'Intérieur, aurait certainement mieux apprécié que son homologue algérien, Noureddine Bedoui, attende qu'il regagne Niamey pour que la dernière et récente vague d'expulsions des migrants de... lire plus
LUTTE TRADITIONNELLE : LA 11IEME EDITION DU TOURNOI DE LA CEDEAO DEBUTE A NIAMEY
  Le programme de la 11ème édition du Tournoi de Lutte Traditionnelle de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a démarré le jeudi 12 juillet 2018 à Niamey au Niger par une visite de courtoisie au Directeur du... lire plus
prev
next

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Venue à Niamey dans le cadre de la commémoration du 19ème anniversaire de l’assassinat de son père le Feu Président Ibrahim Baré Maïnassara, la styliste Alia Rayana Baré a accordé un entretien exclusif à Sahel Dimanche où elle parle de son métier de styliste et de sa vie de mère qu’elle arrive à concilier parfaitement avec son métier.

Agée de 36 ans, elle est installée depuis trois (3) ans à Dakar où elle mène ses activités de « designer » avec amour et brio. La marque de vêtements qu’elle a créée se nomme « Alia Baré » tout simplement. Evoquant son cursus scolaire, Alia Rayana Baré a indiqué qu’elle a fait ses études principalement au lycée Lafontaine de Niamey mais elle a obtenu son baccalauréat au lycée Mermoz de Dakar (Sénégal). Ensuite son bac en poche, elle poursuit ses études supérieures en commerce international et gestion à Paris. Une fois ses études terminées et son diplôme en poche, elle commence à travailler en banque et ce, pendant plusieurs années avant de suivre son mari en expatriation à New Delhi (Inde) pendant trois (3) ans puis à Singapour pendant quatre (4) ans. Alia Rayana Baré se rendit enfin compte qu’elle n’était pas faite pour le milieu bancaire en ce sens qu’elle le trouvait trop froid et trop formel.

 

Elle nous confie qu’elle a toujours aimé créer des choses et qu’elle s’est dit qu’il était temps d’avoir le courage de faire ce qu’elle avait toujours eu envie de faire dans la vie, à savoir la création en stylisme et mode ; à l’époque, Alia Rayana Baré avait déjà deux (2) enfants et trente (30) ans passés mais elle avait pris son courage à deux mains pour retourner à l’Université et c’est ainsi qu’elle s’est inscrite à Roffles Institute of Design Singapour qui est une université spécialisée dans les domaines qui ont trait au « design », à savoir la mode et l’architecture. Alia a choisi la filière mode où elle étudia pendant plusieurs années au terme desquelles elle obtint son diplôme et s’installa à Dakar (Sénégal) pour se rapprocher de sa famille parce que sa mère vit là-bas.

Pour le financement, Alia Rayana Baré confie qu’elle a démarré sur fonds propre avec ses économies et par rapport aux jeunes qui voudraient se lancer dans le domaine, elle veut leur dire que ce n’est pas facile et il ne faut pas aller à l’aventure et juste mettre toutes ses finances et qu’après se retrouver en difficulté car beaucoup de marques et de stylistes finissent par échouer ; le mieux, devait-elle indiquer, serait mieux d’aller étape par étape, lentement mais sûrement, parce que les retours sont lents, raison pour laquelle son équipe est assez restreinte et hautement qualifiée en ce sens qu’ils ont quinze (15) à vingt (20) années d’expérience dans la couture ; elle ne fait que des petits volumes mais de qualité d’où elle a préféré avoir moins de personnes à payer ; actuellement, son atelier fait un espace d’à peu près trente (30) mètres carrés et il y a également le show room qui est attenant à l’atelier de couture ; donc pour le moment, ce sont des petits espaces à l’image aussi de ce qu’elle veut refléter vraiment, quelque chose d’intime et de son environnement ; c’est une approche qui lui est propre car elle pense en général que les « designer » mettent une distance entre eux et les personnes alors que, Alia Baré, elle, veut créer une présence, un rapport puisque juste habiller une personne fait intervenir un rapport humain qui se veut important.

Actuellement, elle a cinq tailleurs mais elle a aussi beaucoup d’autres personnes qui travaillent par exemple pour la broderie, le perlage, pour la pause des paillettes, etc. Ces personnes travaillent à mis temps mais en général au moins six à sept personnes travaillent constamment. En ce qui concerne le show room, Alia le gère elle-même pour éviter des problèmes et des erreurs par exemple sur les mesures à prendre pour les clients afin de mieux les accompagner.

« Je ne suis pas couturière mais styliste et j’ai une approche conseil en ce sens que je conseille les clients et les oriente, donc j’ai une certaine expertise que j’apporte et que les vendeuses ne peuvent pas faire », a expliqué Alia Baré avant de préciser qu’elle ne fait pas du prêt à porter mais elle fait les coutures sur commande et de la vraie couture sur mesure ; elle dit avoir des prototypes de modèles dans son show room mais que de toutes les façons, selon elle, chaque personne est unique mais cela n’empêche pas à une personne de 45 ans d’aimer la même robe qu’une autre personne de 20 ans pourrait aimer ; par exemple elle voudra la jupe plus longue, le haut moins centré et avec des manches différentes et l’on a la chance en Afrique d’avoir cette possibilité de pouvoir faire pièce par pièce, a-t-elle rappelé. Elle a commencé récemment à faire des broderies assez simples sur des tissus « streche » qui sont beaucoup plus compliqués ; elle aime utiliser les pagnes, les tissus, la dentelle et le perlage, ce qui demande plus de travail et d’énergie mais au « finish » le résultat est intéressant et se veut plus moderne.

« Je travaille sur toutes les matières et j’essaie de combiner et de mélanger les matières d’Europe et d’Afrique pour atteindre la modernité recherchée », a souligné notre styliste avant de préciser qu’elle utilise aussi le cuir où il y a quelques années à la Dakar Fashion, elle a présenté la collection amazone Saraounia dans le but de reprendre cette idée de la femme guerrière, de la femme nigérienne forte, collection dans laquelle elle a utilisé le cuir afin d’arriver à des résultats un peu différents et un peu plus modernes.

Alia Baré rapporte que son tout premier défilé s’est déroulé en 2015 à la Place Fashion de Paris et organisé par Adama Paris ; ce défilé qui est une grande première et qui s’est très bien passé fut une parfaite réussite et elle a eu des retours très positifs, à savoir des articles de presse dans plusieurs magazines culturels et de mode tel que « Amina » par exemple.

D’après Alia Baré, cette collection intitulée « Lumière à travers l’obscurité » a été très appréciée parce qu’elle est une collection à cheval entre l’Afrique et l’Asie et son 2ème défilé fut à la Dakar Fashion quelques mois après le défilé de Paris toujours organisé par Adama Paris. La styliste Alia Baré considère la styliste africaine de renommée internationaliste Adama Paris comme son mentor et elle affirme que deux personnalités l’inspirent en Afrique de l’Ouest : Adama Paris de nationalité sénégalaise par sa force et sa capacité et qui est une figure très connue de la mode africaine est la fondatrice de la chaine télévisée Fashion Africa.

Ensuite, il y a Alphadi qu’elle suivait depuis qu’elle était toute petite et qui habillait sa mère. Pour l’organisation du Festival International de la Mode Africaine (FIMA), devait rappeler Alia Baré, son défunt père Président avait eu à s’impliquer et à participer pour la réussite de cet évènement international où elle a été elle-même à la première édition à Tiguidit (Agadez) dans le désert en 1998. Cette toute première édition du FIMA l’a beaucoup marqué, a-t-elle précisé avant d’indiquer qu’en quelque sorte, ce grand défilé lui a donné depuis longtemps l’envie d’embrasser le métier de la mode.

Selon Alia Baré, le métier de la mode n’est pas assez considéré dans nos pays en ce sens qu’on l’a traitée de tous les noms, à savoir tu es couturière ou tu es tailleur pour tout simplement dénigrer ce qu’elle fait, ce qui n’est pas bien car si l’on ne peut pas encourager quelqu’un pour le travail qu’il a choisi de faire donc le mieux serait de ne pas le dénigrer. D’ailleurs, d’aucuns savent que travailler honnêtement et à la sueur de son front pour gagner sa vie est une règle de la vie qui est très recommandée par l’islam.

Revenant aux études qu’elle a menées pour aboutir à ce métier, Alia nous confie ceci : « mes études ont été dures car apprendre le stylisme est très difficile en ce sens que c’est un métier qui n’est pas évident et qui demande beaucoup de connaissances ; les études étaient dispensées en anglais. »

Alia pense vraiment que les mentalités vont changer par rapport à cet aspect là.

Pour ce qui est de la clientèle, Alia a remarqué que les clients n’ont aucun problème à aller en France pour acheter des habits de grande marque avec des centaines de milliers de francs mais quand il s’agit d’acheter local pour inciter le travail des stylistes et promouvoir les artisans africains, ces personnes ne le font pas et quand ils se décident à acheter, ils tentent de tirer les prix vers le bas sans savoir que le travail fourni pour confectionner les habits est dur et demande beaucoup d’énergie. Evoquant sa clientèle, Alia Baré a indiqué que présentement, la majorité de ses clients sont des expatriés avant d’ajouter que pour le moment son objectif principal, c’est d’habiller les femmes africaines et de promouvoir les tissus et pagnes locaux pour les locaux et elle espère que cela va se concrétiser rapidement.

Pour ce qui est des défilés internationaux, Alia Baré confie qu’elle est régulièrement invitée à des évènements à travers le monde ; c’est ainsi que récemment, elle a été à Conakry (Guinée), en Angola au défilé international de la mode et le 7 avril passé s’est déroulé la 2ème édition d’un défilé créée par un de ses confrères créateur sénégalais. Le mois prochain, la styliste Alia Baré partira au Maroc pour un défilé. En juin prochain, notre styliste sera très heureuse de pouvoir participer à la Dakar Fashion car elle est une édition incontournable, a indiqué Alia Baré.

A la question de savoir à quand un défilé à Niamey, Alia répond en ces termes : « on me le demande très souvent mais en fait comme je veux bien faire les choses, je veux prendre tout mon temps pour monter une belle collection digne de ce nom ; donc, le projet est en cours et ce n’est pas l’envie qui me manque, seulement je prends le temps qu’il me faut afin d’être à la hauteur des attentes de mes amies et de mes compatriotes. » Actuellement, elle dit avoir des éléments d’inspirations originaires du Niger et pendant son séjour à Niamey, elle essaie de trouver des tisserands par rapport par exemple au « kounta » ou « sakala » (couverture tissée) malgré que la matière en tant que tel à l’état pur ne permet pas de faire ce qu’on a envie de faire ; Alia voudrait prendre le même modèle de couleur et de texture mais qu’elle compte améliorer en matière pour le rendre plus portable puisqu’il est trop lourd à porter.

Dès que je dis à mes amies et connaissances que je suis à Niamey, devait-elle poursuivre, vous ne vous rendriez pas compte du nombre des personnes qui viennent me rendre visite pour me parler de la broderie. C’est ainsi qu’elle a essayé à distance de se renseigner ayant la demande mais elle n’arrivait pas à établir ce contact, a-t-elle précisé avant d’indiquer que maintenant, elle a plein d’idées innovantes et que justement ces collections qu’elle voudrait apporter ici au Niger découleront de cette approche qui mettra en valeur les aspects traditionnels en les modernisant un peu afin de les adapter aux besoins.

Tamtaminfo

 

Articles récents

18/07/2018, 00:24
in-the-sahel-solar-power-can-help-ward-off-extremism-official Grinding poverty and climate change are pushing communities in West Africa's Sahel region into the arms of extremist...Lire plus...
18/07/2018, 00:21
debats-autour-de-la-cooperation-transfrontaliere-en-afrique-de-l-ouest 40 millions d’Africains de l’Ouest (sur les 300 millions) vivent à 50 kilomètres d’une...Lire plus...
18/07/2018, 00:18
demarrage-effectif-des-travaux-de-construction-d-un-troisieme-pont-a-niamey-don-de-la-chine Le ministre nigérien de l'Equipement, Kadi Abdoulaye, et l'ambassadeur de Chine au Niger, Zhang Lijun, ont...Lire plus...
18/07/2018, 00:15
migration-pendant-que-niamey-et-alger-discutent-des-migrants-encore-expulses-d-algerie-vers-le-niger Bazoum Mohamed, le ministre nigérien de l'Intérieur, aurait certainement mieux apprécié que...Lire plus...
14/07/2018, 01:03
lutte-traditionnelle-la-11ieme-edition-du-tournoi-de-la-cedeao-debute-a-niamey  Le programme de la 11ème édition du Tournoi de Lutte Traditionnelle de la Communauté Economique...Lire plus...
COMMENT TROUVEZ-VOUS CE NOUVEAU SITE WEB?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: