lundi, 17 décembre 2018
ArabicEnglishFrenchHindiItalianSpanishTurkish

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un nouveau stage de renseignement tactique a été organisé à Niamey du 13 au 30 novembre 2017 au profit d’officiers des Forces nigériennes de défense et de sécurité (FDS).

 

Conduit par un expert français du Centre d’enseignement et d’entraînement du renseignement de l’armée de Terre (CEERAT), ce stage - à vocation interministérielle - a permis à dix-sept officiers de la Gendarmerie, de la Police, de la Garde nationale et des Forces armées de mieux se familiariser avec les méthodes de renseignement utilisées au sein des forces armées : de la phase de préparation-renseignement de l’espace des opérations à l’élaboration du renseignement proprement dit.

Cette formation intensive était articulée autour d’un exercice d’entraînement s’appuyant sur un conflit en phase de stabilisation. Les travaux pratiques et les mises en situation ont permis aux stagiaires de s’accoutumer progressivement et de restituer les facteurs qui dimensionnent une menace asymétrique dans le cadre de l’élaboration des ordres, de la construction du plan de recherche et du plan d’emploi des moyens d’acquisition, de la capitalisation et de l’exploitation des informations, et enfin de la diffusion des renseignement ainsi produits sous la forme de compte rendus bruts, de synthèses élaborées et de points de situation.

Particulièrement motivés, les stagiaires ont marqué leur intérêt pour le renseignement par une participation active aux cours, un travail important pour la réalisation de productions et la préparation quotidienne d’un point de situation.

Initié par le directeur de la Documentation et du renseignement militaire, cette formation interservices permettra d’instaurer un dialogue renseignement commun au sein des postes de commandement de crise, l’uniformité de langage étant devenue indispensable dans la lutte contre le terrorisme. Par ailleurs, avec les deux formations dispensées, l’une en 2016, l’autre en 2017, les FDS nigériennes disposent désormais d’un vivier d’officiers de renseignement qualifiés au premier niveau pour poursuivre leur formation, en 2018, vers un deuxième niveau.

Dans la mesure où le renseignement est le premier facteur d’aide à la décision d’un chef, le rôle de ces nouveaux spécialistes ainsi formés est tout à fait fondamental.

APO Group

Articles récents

16/12/2018, 16:08
vers-la-fermeture-de-31-etablissements-scolaires Selon le ministre Marthé, c’est au cours d’une inspection diligentée par son département...Lire plus...
16/12/2018, 16:06
des-etudiants-camerounais-en-detresse Ils sont sept jeunes lauréats camerounais de l‘école africaine de météorologie et de...Lire plus...
16/12/2018, 16:04
disrupting-the-gender-divide-in-mali-chad-niger-and-guinea With a projected growth rate of 5.9% in Guinea, 5.1% in Mali, 4.9% in Niger, and 3% in Chad in 2018, the sixth...Lire plus...
14/12/2018, 23:33
52-000-displaced-by-horrific-violence-in-west-niger-un More than 52,000 people have been displaced by violence since January in western Niger, an unstable area hit by jihadist...Lire plus...
14/12/2018, 23:31
plus-de-50-000-personnes-deplacees-dans-l-ouest-du-niger-frontalier-du-mali-onu « Le HCR est vivement préoccupé par la persistance de la violence dans les zones...Lire plus...
COMMENT TROUVEZ-VOUS CE NOUVEAU SITE WEB?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: